Houjjat al-Islam (La preuve de l’Islam), Abou Hamid al-Toussi al-Ghazali, le Revivificateur du Cinquième siècle Islamique, savant d’ousoul al-fiqh, et auteur de la plus célèbre oeuvre sur le tassawwouf, Ihya’ `ouloum al-din (La revivificaton des sciences religieuses). Il dit dans son autobiographie, al-Mounqidh min al-dalal (La délivrance de l’erreur):
La voie Soufie consiste à purifier le coeur de tout ce qui est autre qu’Allah… Je conclus que les Soufis sont des chercheurs dans la Voie d’Allah, et leur conduite est la meilleure conduite, et leur voie est la meilleure voie, et leurs manières sont les plus sanctifiées. Ils ont purifié leur cœur de tout, sauf d’Allah et en ont fait des sentiers pour que des rivières y coulent, transportant la connaisance d’Allah.
Comme Ibn `Ajiba mentionne dans son Iqaz al-himam, al-Ghazali déclara le tassawwouf être fard `ayn ou une obligation personnelle pour tout Musulman responsable, homme et femme, «car personne sauf les Prophètes n’est dépourvu de défauts et de maladies internes.»
Les textes qui suivent sont traduits des extraits suivants de Ihya’ `ouloum al-din:
a) Les définitions au début du livre Kitab charh `aja’ib al-qalb (Le livre des explications des mystères du cœur);
b) Section intitulée: “Les soldats du Cœur” extrait du même livre;
c) Section intitulée: «La domination de satan sur le coeur à travers les murmures (al-waswas)» extrait du même livre;
d) Section intitulée: «Les preuves…» du livre Kitab riyadat al-nafs wa tahdhib al-akhlaq wa mou`alajat amrad al-qalb (Le livre du dressage de l’égo et la discipline des manières et le remède des maladies du cœur).
a) Le sens de nafs: Il a deux sens. Premièrement cela signifie les pouvoirs de la colère et l’appétit sexuel résidant en l’être humain… et ceci est la compréhension la plus commune dans le milieu des gens du tassawwouf, qui comprennent le mot nafs comme l’élément responsable de tous les mauvais attributs d’une personne. Ceci est la raison pour laquelle ils disent: l’on doit combattre l’égo et le briser comme cela est souligner dans le hadith: a`da `adouwwouka nafsouka al-lati bayna janibayk – «Ton pire ennemi est ton égo qui réside entre tes flancs.»[146] Il est disponible dans le Kitab al-zouhd (Le livre des narrations sur l’ascétisme) de Bayhaqi.
Le deuxième sens de nafs est l’esprit, l’être humain en réalité, son soi et sa personne. Cependant, il est décrit différemment selon ses différents états. S’il prend le calame en étant sous commande et s’est débarassé des turbulances causées par l’attaque de la passion, il est appelé «l’esprit apaisé» (al-nafs al-moutma’inna)… Dans son premier sens, le nafs n’envisage pas son retour à Allah parce qu’il s’est maintenu à l’écart de Lui: un tel nafs est du parti de satan. Mais s’il n’est pas source de tranquilité, et qu’il s’érige contre l’amour des passions et s’y oppose, il est appelé «l’âme auto-critique» (al-nafs al-lawwama), parce qu’il réprimande son maître pour sa négligeance dans l’adoration de son maître… S’il cesse toute rébellion et se soumet en totale obéissance à l’appel des passions et de satan, il est nommé «l’esprit qui se joint au mal» (al-nafs al-ammara bi al-sou’)…
b) Allah a armé des soldats qu’Il a placés dans le cœur et les âmes et autres de Ses mondes, et nul ne sait leur vrai nature et leur nombre exact excepté Lui-même… [Il commença par expliquer que les jambes du corps, les cinq sens, la volonté, l’instinct et les pouvoirs émotives et intellectuels sont parmi ces soldats.] Sachez que les deux soldats de la colère et de la passion sexuelle peuvent être complètement contrôlés par le cœur… ou à l’opposé désobéir et complètement se rebeller contre lui, jusqu’à ce qu’ils l’asservissent. En cela repose la mort du coeur et la fin de son voyage vers la joie éternelle. Le cœur a d’autres soldats: La connaissance (`ilm), la sagesse (hikma) et la pensée (tafakkour) dont il cherche l’aide en réalité car ils sont du Parti d’Allah contre les deux autres qui appartiennent au parti de satan…
Allah dit: «Ne vois-tu pas celui qui a fait de sa passion sa divinité?» (25-43) et «Il suivit sa propre passion. Il est semblable à un chien qui halète si tu l’attaques, et halète aussi si tu le laisses.» (7:176) et au sujet de la personne qui contrôle les passions de son égo Allah dit: «Et pour celui qui aura redouté de comparaître devant son Seigneur, et préservé son âme de la passion, le paradis sera alors son refuge» (79:40-41).
Sachez que le corps est comme une ville et l’intellect d’un être humain adulte est comme un roi gouvernant cette ville. Toutes les forces de ses sens externes et internes qu’il peut rassembler sont comme ses soldats et ses assistants. L’égo qui s’associe au mal (nafs ammara), qui est le désir et la colère, est comme un ennemi qui le défie dans son royaume et lutte pour exterminer ses sujets. Le corps devient alors comme une garnison ou un avant-poste portuaire, et l’âme comme sa garde. S’il combat contre ses ennemis et les défait et les contraint à faire ce qu’il aime, il sera loué lorsqu’il retournera dans la présence d’Allah, comme Allah dit: «Allah a mis les combattants au-dessus des non- combattants en leur accordant une rétribution immense» (4:95).
c) Les pensées qui agitent les désirs de l’un sont de deux sortes: louables et qui est appelé «inspiration» (ilham), ensuite blâmables qui est appelé «insouffler» (waswassa)… Le cœur est sous l’emprise mutuelle d’un satan et d’un ange… L’ange est une créature qu’Allah a créé pour un bénéfice débordant, l’octroiement de la connaissance, le dévoilement de la vérité, la promesse de récompense, et l’ordonnance du bien… satan est une créature dont la besogne est de s’opposer contre tout ceux-ci…Waswa contre ilham, satan contre ange, et succès (tawfiq) contre désolation (khidhlan).
Le Prophète dit: «Il y a deux impulsions dans l’âme, l’une provient d’un ange qui appelle vers le bien et confirme la vérité; quiconque ressent ceci, qu’il sache que cela est d’Allah et qu’il Le loue. L’autre impulsion provient de l’ennemi, le conduit au doute, nie la vérité, et interdit le bien; quiconque ressent ceci, qu’il cherche refuge en Allah contre le démon.» Ensuite il récita le verset: «Le diable vous fait craindre l’indigence et vous commande des actions honteuses» (2:268).
Le Prophète dit:«Il n’y personne parmi vous qui n’a pas de démon en lui.» Ils dirent: «Même en toi, O Messager d’Allah?» Il dit: «Même en moi, mais Allah m’a aidé à le vaincre et il s’est soumis à moi, ainsi il n’ordonne rien que le bien»[148]… L’offensive mutuelle entre les soldats des anges et les démons est constante dans le combat sur le coeur jusqu’à ce que le cœur soit conquit par l’une des deux parties qui implante sa nation et s’y installe… Et la plupart des cœurs ont été saisi par les soldats de satan, qui les remplit d’idées qui appellent à aimer ce monde temporaire et à négliger l’au-delà.
d) Le Prophète dit: al-moujahidou man jahada nafsahou fi ta`at Allah – «Le vrai combattant contre l’incroyance est celui qui combat contre son égo en obéissant à Allah» … Soufyan al-Thawri dit: «Je ne me suis jamais occupé d’aussi fort d’une chose contre moi que mon égo; il était un moment avec moi et un autre moment contre moi»… Yahya ibn Moua`adh al-Razi dit: «Lutter contre ton égo avec les quatre sabres de l’apprentissage: mange peu, dort peu, parle peu, et soit patient lorsque les gens te font du tort… Alors l’égo marchera sur les voies de l’obéissance, comme un chevalier s’élançant dans le champ de battaille.»